E-COMMERCE


Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’était exactement le e-commerce ?

C’est tout à fait probable, car le commerce électronique est à la mode, aujourd’hui plus que jamais. Cependant, comme beaucoup, peut-être ne connaissez-vous pas la signification exacte de ce terme, ni les différences qu’il existe entre le e-commerce et d’autres concepts proches.

L’objectif de ce post est de vous donner une définition précise du e-commerce et de vous expliquer en quoi il diffère d’autres concepts ressemblants. Nous passerons également en revue les différents types de e-commerce, ainsi que les avantages du commerce électronique par rapport au commerce traditionnel.

Concept : qu’est-ce que le e-commerce ?

Selon Wikipedia, le e-commerce, ou commerce électronique, est …

« l’échange pécuniaire de biens, de services et d’informations par l’intermédiaire des réseaux informatiques, notamment Internet. »

En d’autres termes, il s’agit d’un commerce qui gère les paiements grâce à des moyens électroniques.

Différences entre e-commerce et e-business

E-commerce et e-business sont deux concepts que l’on a tendance à confondre. En réalité, ils n’ont rien à voir l’un avec l’autre.

Le e-commerce se réfère seulement à la transaction de biens et services entre un acheteur et un vendeur. Le e-business, quant à lui, fait référence à l’ensemble du processus à mettre en oeuvre afin de gérer un commerce en ligne.

Comme on le voit, le concept de e-business est bien plus large que celui de e-commerce. En tant que type de modèle d’entreprise, le e-commerce fait partie du e-business.

Les différentes formes de commerce électronique

Chaque commerce se dirige à un type de client spécifique. Cela nous permet de distinguer les types d’ e-commerce suivants :

B2B (Business-to-Business) : entreprises dont les clients finaux sont d’autres entreprises ou d’autres organisations. Par exemple, une boutique de matériel de construction qui s’adresse à des architectes ou des décorateurs d’intérieurs.

B2C (Business-to-Consumer) : entreprises qui vendent directement les produits ou services aux consommateurs finaux. C’est la forme la plus courante, et l’on dénombre une multitude d’exemples dans les domaines de la mode, de l’électronique, etc.

C2B (Consumer-to-Business) : portails sur lesquels les consommateurs proposent un produit ou un service que les entreprises peuvent acquérir. Il s’agit des portails d’emploi freelance classiques comme Elance, Odesk, Humaniance, Hopwork, etc.

C2C (Consumer-to-Consumer) : entreprises qui facilitent la vente de produits entre consommateurs. Les exemples les plus parlants sont eBay, Leboncoin ou tout portail de vente d’articles d’occasion entre particuliers.

Ces formes de commerce électronique sont les plus courantes. Il  en existe également d’autres types, comme le G2C (Goverment-to-Consumer), le C2G (Consumer-to-Goverment) ou le B2E (Business-to-Employer).

Comme l’on peut le voir, le commerce électronique regroupe des réalités qui vont au delà d’une simple achat dans une boutique.